Retour sur le lancement national de la journée mondiale des zones humides 2016
Site

En action/Journée mondiale des zones humides/Retour sur le lancement national de la journée mondiale des zones humides 2016/Discours de cloture Journée mondiale des zones humides 2016 à Brest

Discours de clôture

logo journée

Cloture de la journée

Armelle HURUGUEN, vice-présidente du Conseil départemental du Finistère, et Benoît LE GALLIOT, Délégué interrégional Bretagne- Pays de la Loire, ONEMA ont clôturé cette journée du lancement national de la JMZH 2016.
 
Benoît LE GALLIOT a souligné différents points, traduisant des pistes d’amélioration potentielles dans la prise en compte du patrimoine environnemental et économique exceptionnel des zones humides :
 
- La très forte proportion d’inventaires de zones humides réalisés par les collectivités, traduit une prise de conscience très importante, ainsi qu'un niveau de connaissance intéressant. Il est cependant nécessaire de progresser vers une meilleure caractérisation des services que nous rendent ces zones humides, et de vulgariser, auprès du public, cette fonction positive des zones humides.

- Les SDAGE identifient des objectifs de préservation des zones humides, et ciblent des outils réglementaires, l’urbanisme, les plans d’actions contractuels.
A l’échelle du bassin Loire Bretagne, les actions sur les milieux aquatiques représentent la part la plus importante du montant financier total du programme de mesures du SDAGE. Ce programme de mesures intègre des mesures concrètes de protection des zones humides. Celles-ci doivent être déclinées dans chaque département par les « programmes d’actions opérationnels territorialisés » pilotés par les DDT.

- Il y a un manque derecul sur la mise en œuvre d’actions de réhabilitation des zones humides avec des suivis et des résultats évalués.
 
- Les projets d’aménagement doivent faire l’objet d’un dossier d’autorisation ou de déclaration (dossier Loi sur l’eau) auprès des services de l’Etat et respecter les principes de la séquence « Eviter, réduire, compenser ».
Quelques commissions locales de l’eau du bassin Loire Bretagne ont souhaité renforcer cette réglementation nationale. Les règlements de ces SAGE restreignent les destructions des plus petites zones humides, de surface inférieure aux seuils réglementaires. Ces règlements de SAGE ont été adoptés :
- d’une part après avoir fait la preuve du rôle joué par les zones humides, sur des sous bassins très sensibles ;
- et d’autre part après avoir noté l’importance cumulée de ces zones dans les actions de reconquête de la qualité des milieux. Gilles PINAY, chercheur au CNRS et président du CRESEB de Bretagne, se plait d’ailleurs à dire « qu’il vaut mieux 1000 zones humides de 1 m2 que 1000 m2 de zones humides ».


Photo souvenir du lancement de la JMZH 2016 © A. Dausse FMA Photo souvenir du lancement de la JMZH 2016 © A. Dausse FMA

A noter, la publication prochaine d’une méthode nationale d’évaluation des fonctions des zones humides continentales en France
 
Cette méthode a été élaboré par le Museum National d’Histoire Naturelle, avec le bureau d’études Biotope et l’Onema. Elle est pragmatique et rapide à mettre en œuvre sur le terrain. Elle apportera aux acteurs locaux (collectivités locales, services de l’Etat, bureaux d’études, etc.) un vocabulaire commun sur les fonctions des zones humides et une grille d’évaluation pour réduire les impacts des aménagements sur les zones humides et pour les compenser au besoin.

Benoît LE GALLIOT a également rappelé que la loi « biodiversité », adoptée en première lecture par les députés et les sénateurs, prévoit de donner plus de cohérence aux politiques publiques. Le projet de loi envisage la création de l’agence française de la biodiversité. Son action sera de préserver l’eau, la mer et la biodiversité. Alors pourquoi pas des Schémas de gestion des eaux et de la biodiversité, conduit par des Commissions locales de l’eau et de la biodiversité donnant davantage de place aux zones humides.
 
L’Onema anime la politique publique « zones humides », avec les Pôles-relais zones humides et l’association Ramsar-France. L’une des actions phare de l’animation nationale est la journée mondiale des zones humides qui mobilise de nombreux acteurs des territoires organisant cette année plus de 600 animations.
 
Cette journée était organisée par le Forum des Marais Atlantiques avec le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, l’Onema, l’association Ramsar France, le Conseil départemental du Finistère, et avec les contributions de nombreux acteurs.
 

PartenairesPartenaires